Une Chapdelaine marque l’histoire de Montfort

1 Décembre 2020

 

Elle se nomme Claude Chapdelaine. Originaire d’Ottawa, elle a grandi au cœur d’une famille de médecins. Son oncle, le docteur Jean Laframboise, ayant été un des médecins « fondateurs » de Montfort, son lien avec l’hôpital universitaire francophone de l’Ontario date des années 50.

Claude a passé ses jeunes années à l’étranger, où son père était en poste avec les Affaires étrangères. Elle a étudié dans des lycées français en France, en Allemagne, en Suède et au Brésil. Elle a terminé ses études à l’Université Queen’s à Kingston, où elle a perfectionné ses connaissances de l’anglais.

Claude a fait carrière en ressources humaines, plus précisément dans le domaine de la classification des emplois, pendant plus de 40 ans.

Ayant beaucoup voyagé pendant sa jeunesse, la découverte de nouvelles contrées est toujours demeurée l’une de ses plus grandes passions. Au cours des dernières années, elle a fait de nouvelles découvertes dont Berlin, Buenos Aires, Dubai, Lima ainsi que Tahiti, en Polynésie française.

« J’adore voyager parce que ça m’ouvre l’esprit à différentes cultures et m’aide à comprendre différents systèmes politiques, » raconte Claude.

Mais que fait Claude dans ses temps libres, quand nous ne sommes pas en temps de pandémie?

« Les journées passent tellement vite! Je fais du sport et de l’exercice — je marche tous les jours pour rester en forme. J’ai un bel appartement et j’adore recevoir des amis et cuisiner pour eux. Je vais aussi au théâtre, au concert et au cinéma. Ma philanthropie occupe également beaucoup de mon temps. »

Claude affirme que c’est grâce à son savoir-faire dans la gestion de ses avoirs qu’elle est aujourd’hui en mesure de contribuer au bien-être de la communauté.

« Mon époux, qui est maintenant décédé, était un ancien militaire, donc très discipliné. Il m’a appris à prendre soin de mes affaires et à planifier pour l’avenir. Aujourd’hui, je suis fière d’avoir bien géré mon argent et d’en avoir toujours mis de côté. Mon mari et moi, on n’a jamais manqué de rien, mais on n’a jamais fait de grosses folies non plus. On a toujours investi. Et à mon âge, le fait que j’aie une grande autonomie financière me réconforte énormément. »

 « Je n’ai pas d’enfants donc je peux disposer librement de mon argent. Alors plutôt que de le léguer dans mon testament, j’ai décidé de faire des dons de mon vivant. Comme ça, j’ai le plaisir de donner, de participer, de fournir des idées et surtout de constater l’impact de ma contribution sur la vie des autres. De voir concrètement ce que ça peut faire de rendre service aux autres, de leur faire plaisir et de faciliter leur travail, c’est extrêmement satisfaisant. »

Même si Claude appuie de nombreux organismes dans la communauté, Montfort occupe une place spéciale dans son cœur. À cause d’une longue association familiale, du fait que ses parents y ont été soignés à plusieurs reprises et de ses trois séjours (dont une récente chirurgie d’urgence), son sens d’appartenance à notre hôpital est inébranlable.

C’est pourquoi elle appuie depuis longtemps la cause de Montfort. Elle a d’ailleurs récemment fait un don désigné pour l’achat de deux machines à glace à l’unité 5C — dans le but d’économiser des pas et du temps au personnel soignant, sans compter la possibilité d’accès aux patients ainsi qu’à leurs visiteurs.

« J’ai été tellement bien accueillie et soignée à Montfort. J’ai toujours été très satisfaite des soins que j’ai reçus. Si un jour je dois me faire opérer de nouveau, je veux absolument que ce soit à Montfort. Cet hôpital est très important dans ma vie. »

Merci madame Chapdelaine pour votre grande générosité, non seulement envers les patients, mais envers le personnel de Montfort.