Dr Bernard Leduc, Dr Denis Prud'homme et Dr André Bilodeau

Que réserve l'avenir ?

Dans ce dernier volet de la série commémorant le 60e anniversaire de la fondation de l’Hôpital Montfort, les Drs Bernard Leduc, André Bilodeau et Denis Prud’homme décrivent l’impact de la désignation officielle comme centre hospitalier universitaire.

L’avenir tel que défini par Dr Leduc

Dr Bernard Leduc

Selon le président-directeur général de l’Hôpital Montfort, Dr Bernard Leduc, la désignation officielle de centre hospitalier universitaire accordée à l’hôpital en juin 2013 par le gouvernement de l’Ontario marque un nouveau chapitre dans l’histoire de l’établissement. «L’Hôpital Montfort est le seul établissement en Ontario pouvant garantir une formation clinique complète en français aux résidents en médecine et aux étudiants dans les professions de la santé» explique-t-il.

 

« Nous visons à devenir un centre d’excellence clinique et un carrefour pour l’éducation en français de médecins et de professionnels de la santé. »

Afin de pouvoir s’acquitter de ce mandat, l’administration cherchera tout d’abord à identifier quels sont les besoins actuels ou émergents les plus préoccupants de sa clientèle et quelles sont les attentes par rapport à ces besoins en matière de soins et services, pour ensuite déterminer quelles approches novatrices et quels services cliniques seront nécessaires pour répondre à ces besoins.

Dr Leduc ajoute qu’il est également important d’inculquer une culture de recherche au sein de l’hôpital. « Le dossier recherche est prioritaire. Il nous faut étudier les besoins particuliers des francophones vivant en milieu minoritaire, autant qu’il nous faut être à la fine pointe de la technologie. »  

Le dernier défi à relever est peut-être le plus difficile à définir, celui d’aider le ministère de la Santé à respecter ses obligations en santé en vertu de la Loi sur les services en français. Étant très conscient de la responsabilité provinciale accordée à son hôpital d’appuyer les cliniciens dans l’offre de services hors du bassin immédiat, Dr Leduc se dit prêt à travailler de concert avec les instances gouvernementales. « L’équipe Montfort a toujours réussi de grandes choses, grâce à la force et la détermination avec laquelle elle entreprenait des projets, mais nous n’avons pas encore atteint notre apogée, » dit Dr Leduc. « À mon avis, la désignation de centre hospitalier universitaire constitue un souffle d’énergie pour nous encourager à poursuivre notre quête vers l’excellence. »

L’avenir tel que défini par Dr André Bilodeau

Dr André Bilodeau Dr André Bilodeau est convaincu que l’avenir de l’Hôpital Montfort sera défini par sa nouvelle mission universitaire.

Ayant reçu la désignation tant désirée de centre hospitalier universitaire, l’Hôpital Montfort est appelé à assumer son plein potentiel parmi tous les autres hôpitaux universitaires. Cependant, il diffère de ceux-ci du fait qu’il n’offre pas de soins hyperspécialisés. Selon Dr André Bilodeau, l’Hôpital Montfort se distinguera par le caractère exemplaire de ses soins, si bien soit-il que les autres hôpitaux se presseront de l’imiter.

En tant que responsable du dossier des Affaires universitaires, Dr Bilodeau décrit son rôle comme celui d’un copilote aidant l’administration de l’hôpital à naviguer en eaux troubles inconnues, un peu comme les premiers explorateurs français au Canada.

« Aucun autre hôpital ne s’est vu accorder un mandat provincial de planifier et soutenir les services de santé en français, y compris le soutien clinique pour les patients et les professionnels de la santé à l’échelle de l’Ontario... »

constate-t-il, « alors il nous faudra trouver le chemin pour avancer nous-mêmes ou bien l’inventer au fur et à mesure. On est en train de créer une culture d’hôpital universitaire qui nous ressemble et qui répond aux besoins particuliers de notre clientèle, » explique-t-il. « Les centres d’excellence en soins cliniques, en éducation et en recherche que nous allons développer seront au cœur de notre hôpital universitaire. »

L’avenir tel que défini par Dr Denis Prud’homme

Dr Denis Prud'hommeLa recherche est un des piliers les plus importants d’un centre hospitalier universitaire. Voilà pourquoi l’Institut de recherche de l’Hôpital Montfort (IRHM) figure largement dans les plans d’avenir de l’hôpital.   

Selon le directeur scientifique de l’IRHM, Dr Denis Prud’homme, l’IRHM a pour objectif de développer de la recherche qui servira à améliorer la qualité des soins de santé offerts aux francophones vivant en milieu minoritaire.

Il propose de grouper les projets de recherche de l’IRHM sous deux axes d’étude : l’axe des soins primaires comprendra la recherche dans les domaines de la santé de la famille, de la santé mentale et de la nutrition, tandis que l’axe des services de santé sera dédié à appuyer les cliniciens dans le traitement des patients. Les équipes de chercheurs seront appelées à suivre l’évolution des problèmes de santé et à évaluer si l’accès aux services correspond aux besoins identifiés. S’il y a des manques, l’hôpital sera alors en mesure d’y voir.

 « Finalement, on voudrait qu’un bon pourcentage de nos questions de recherche relève de cas qui viennent à l’attention des services cliniques de l’hôpital. De cette façon, les résultats obtenus pourront mieux informer le personnel médical de pistes à suivre. »

En ce moment, il y a 53 chercheurs qui travaillent au sein de l’IRHM. Dans cinq ans, Dr Prud’homme espère qu’il y en aura de 70 à 75 chercheurs actifs, productifs et créatifs. Il rêve aussi d’un institut de recherche qui sera pertinent, apprécié des patients et de leurs familles, respecté des professionnels de la santé.