Indicateurs de sécurité des patients

L'Hôpital Montfort s’engage à créer un environnement sécuritaire pour les patients. En publiant les données sur les indicateurs relatifs à la sécurité des patients, l'hôpital s’efforce d’être transparente et responsable, et d’utiliser ces données pour influencer l’amélioration de la qualité.

Accédez au taux d’infection spécifique à chaque indicateur de sécurité :

Obtenir plus d'information au sujet des indicateurs de sécurité.

Le Clostridium difficile est une bactérie que l’on retrouve dans l’environnement et dans les intestins. Généralement, cette bactérie ne pose pas de risque pour la santé. Toutefois, il est possible que des personnes développent une MACD après avoir pris des antibiotiques.

La diminution du nombre de bonnes bactéries dans l’intestin provoquée par la prise d’antibiotique facilite la multiplication du Clostridium difficile et peut entraîner de la diarrhée.

Période

Taux / 1000 jours-patient

Nombre de cas

septembre 2019 0.12 <5
août 2019 0.49 <5
juillet 2019 0.12 <5
juin 2019 0 0
mai 2019 0 0
avril 2019 0.13 <5
mars 2019 0 0
février 2019 0.13 <5
janvier 2019 0.12 <5

Le SARM est une bactérie qui a développé une résistance à plusieurs antibiotiques. Le SARM peut se retrouver dans le nez, le rectum, l’urine ou sur la peau des personnes.

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli, qui prennent régulièrement des antibiotiques, qui ont séjourné dans un établissement de santé à plusieurs reprises ou durant une longue période sont plus à risque d’être porteur du SARM.

On retrouve également une autre souche du SARM dites «communautaire». Cette souche a été identifiée parmi des membres d’équipe de sports de contact, des utilisateurs de drogues injectables, des sans-abri et des individus en milieu carcéral.

La bactériémie (infection du sang) est l’une des infections que peut causer cette bactérie.

Le tableau suivant ne recense pas le nombre de porteurs du SARM ayant séjourné à l’Hôpital, mais seulement le nombre de personnes ayant développé une bactériémie (infection du sang) causée par le SARM lors de leur séjour à l’hôpital.

Période

Taux / 1000 jours-patient

Nombre de cas

1 juillet au 30 septembre 2019 0 0
1 avril au 30 juin 2019 0.11 <5
1 janvier au 31 mars 2019 0 0

 

L’ERV (entérocoque résistant à la vancomycine) est une bactérie qui a développé une résistance à plusieurs antibiotiques. On peut retrouver l’ERV dans les selles, l’urine, les plaies ou sur les parties génitales.

Les personnes dont le système immunitaire est affaibli, qui prennent régulièrement des antibiotiques, qui ont séjourné dans un établissement de santé à plusieurs reprises ou durant une longue période sont plus à risque d’être porteur du ERV. 

La bactériémie (infection du sang) est l’une des infections que peut causer cette bactérie.

Le tableau suivant ne recense pas le nombre de porteurs du ERV ayant séjourné à l’Hôpital, mais seulement le nombre de personnes ayant développé une bactériémie (infection du sang) causée par l’ERV lors de leur séjour à l’hôpital.

Période

Taux / 1000 jours-patient

Nombre de cas

1 juillet au 30 septembre 2019 0 0
1 avril au 30 juin 2019 0 0
1 janvier au 31 mars 2019 0 0

 

Les cathéters centraux sont utilisés dans les unités de soins intensifs pour assurer la surveillance de certaines fonctions vitales des patients et faciliter l’administration de médicaments. Ces cathéters sont insérés dans des grosses veines ou des artères.

Bien que les cathéters centraux soient souvent essentiels pour traiter les patients des soins intensifs, leur utilisation est associée à un risque d’infections.

Pour réduire ce risque, une série de mesures de prévention des infections sont utilisées lors de l’installation du cathéter et en cours d’utilisation. Dès que la condition du patient le permet, on les retire.

La bactériémie (infection du sang) est une des principales infections associées à l’utilisation des cathéters centraux. 

Période

Taux / 1000 jours-cathéters

Nombre de cas

1 juillet au 30 septembre 2019 0 0
1 avril au 30 juin 2019 0 0
1 janvier au 31 mars 2019 0 0

On se sert de la ventilation mécanique dans les unités de soins intensifs pour assurer une bonne oxygénation des organes vitaux pour les patients qui n’arrivent plus à respirer par eux même. Un appareil achemine de l’air aux poumons du patient via un tube inséré dans les voies respiratoires.

Bien que le recours au ventilateur est parfois essentiel pour traiter les patients des soins intensifs, leur utilisation est associée à un risque d’infections. Pour réduire ce risque, une série de mesures de prévention des infections sont utilisées lors de l’installation du ventilateur et en cours d’utilisation. Dès que la condition du patient le permet, on en cesse l’emploi.

La pneumonie est la principale infection associée à l’utilisation de ventilateur. 

Période

Taux / 1000 jours-ventilés

Nombre de cas

1 juillet au 30 septembre 2019 2.76 <5
1 avril au 30 juin 2019 4.93 <5
1 janvier au 31 mars 2019 6.49 <5

 

Chaque année, plusieurs centaines de personnes sont opérés pour un remplacement de hanche ou de genou.

Pour réduire les risques d’infections, les équipements utilisés durant la chirurgie sont stérilisés et le personnel de la salle d’opération applique de façon rigoureuse des techniques aseptiques de travail.

Pour réduire davantage les risques d’infection, des études ont démontré l’importance d’administrer des antibiotiques quelques minutes avant le début de certaines chirurgies. C’est ce que l’on nomme « antibioprophylaxie ».

Administration de l'antibioprophylaxie dans les délais recommandés

Période

Chirurgie de remplacement du genoux

Chirurgie de remplacement de la hanche

1 juillet au 1 septembre 2019 à venir à venir
1 avril au 30 juin 2019 99 % 98%
1 janvier au 31 mars 2019 100 % 99%