L’établissement d’un « filet de sécurité » entre les hôpitaux et la communauté

Un modèle qui profite aux clients des services de santé mentale, aux fournisseurs de soins et au système de santé de l’Ontario 

Ottawa, le 20 janvier 2015 –  La transition de l’hôpital à la communauté peut être une étape complexe pour la plupart des patients; mais dans le cas de personnes ayant reçu un diagnostic de maladie mentale, ce passage s’avère souvent comme un moment délicat.

Afin de faciliter ce passage, un modèle provincial de mise en congé des clients hospitalisés dans les unités de santé mentale est à l’étude dans neuf hôpitaux ontariens: le modèle de congé transitionnel (MCT).

tdm.jpgDans la région d’Ottawa, l’Hôpital Montfort a testé cette approche novatrice dont les résultats ont été dévoilés la semaine dernière. 

Dirigé par Cheryl Forchuk, Ph. D., scientifique rattachée au Lawson Health Research Institute de London (Ontario) et subventionné par le programme Adopting Research to Improve Care (ARTIC) du Council of Academic Hospitals of Ontario (CAHO), le modèle de mise en congé transitionnel établit un pont entre les hôpitaux et la collectivité dans l’intérêt des personnes et du système de santé.

D’après la recherche, les premiers jours et les premières semaines qui suivent la mise en congé d’une unité psychiatrique constituent des périodes assorties d’un risque de rechute particulièrement élevé. Puisque les fournisseurs de soins doivent se partager entre plusieurs clients, ces derniers demeurent vulnérables aux consultations en salle d’urgence et aux réadmissions en milieu hospitalier. Quarante‑trois pour cent des suicides surviennent au cours du premier mois faisant suite à la mise en congé des clients psychiatrisés.

Le modèle de congé transitionnel est conçu pour assurer le soutien harmonieux des clients qui effectuent cette transition. Essentiellement, il établit un filet de sécurité : ainsi, les membres du personnel hospitalier continuent à dispenser leurs soins jusqu’à ce qu’on dirige le client vers un professionnel de la santé en milieu communautaire. Le MCT permet aussi de jumeler le client ayant reçu son congé avec un pair ayant réussi à réintégrer la collectivité après un diagnostic de trouble psychiatrique.

Après que des études concluantes aient établi le MCT comme pratique exemplaire, le modèle a été instauré à l’Hôpital Montfort et dans huit autres établissements de l’Ontario en avril 2013. Plus de 580 clients ont participé à ce projet de mise en œuvre, qui a duré deux ans.

En général, les résultats du projet révèlent des avantages pour toutes les parties : les clients, le personnel hospitalier, les pairs aidants en milieu communautaire, ainsi que le système de santé en soi.

  • Les membres du personnel ont fait mention d’une baisse du nombre de réadmissions des clients. À l’Hôpital Montfort, cela représente deux réadmissions de moins chaque mois.
  • Dans l’ensemble des hôpitaux participants, le séjour des clients a diminué de 9,8 jours en moyenne.
  • Durant la transition, les clients se sont dits moins accablés, moins isolés et plus rassurés. Bon nombre d’entre eux ont désigné le MMCT par l’expression « filet de sécurité ».
  • Chaque client a bâti une relation thérapeutique plus personnalisée avec le personnel hospitalier et son pair aidant. La relation s’est adaptée au type, au degré et à la fréquence des soins que les clients devaient recevoir.
  • Le personnel hospitalier et les groupes de pairs aidants en milieu communautaire ont fait état d’une compréhension et d’une appréciation approfondie de leurs services respectifs. Elles ont favorisé un renforcement des relations de travail et un accroissement des possibilités d’exploitation des ressources, qui ont permis de mieux répondre aux besoins des populations locales de clients.
  • L’intervention des pairs aidants et du personnel hospitalier a donné des résultats plus fructueux, qui ont rehaussé leur sentiment de fierté et d’utilité.
  • Bon nombre de pairs aidants ont affirmé que leur expérience du MMCT avait contribué à leur propre guérison, en fait.

« Le modèle de congé transitionnel a amélioré constamment les résultats cliniques. De plus, il nous a permis d’en apprendre davantage sur les stratégies d’exécution de ce projet », a déclaré Mme Forchuk, scientifique et directrice adjointe du Lawson Health Research Institute. « J’aimerais que cette démarche devienne la norme de soins appliquée à l’ensemble de la province. »

« Jusqu’à maintenant, l’Hôpital Montfort a recruté 107 personnes pour le projet », a expliqué Ann Salvador, directrice du Programme de santé mentale et du Centre familial de naissances à l’Hôpital Montfort. « Certains participants ainsi que les membres de leur famille nous ont dit que, grâce au modèle de congé transitionnel, ils ne se sentent pas seul durant leur transition dans la communauté. Cette initiative nous a permis d’améliorer grandement la continuité des soins entre l’hôpital et les services communautaires, et a contribué à la qualité des soins et la sécurité du patient. »

« Psychiatric Survivors of Ottawa est ravi d’avoir établi un partenariat avec l’Hôpital Montfort, » a ajouté Sonja Cronkhite, directrice exécutive du Psychiatric Survivors of Ottawa. « Nous croyons que les relations sont essentielles lors du retour à la vie quotidienne. Le MMCT a montré aux gens qu’il y a une communauté de pairs toujours prête à les aider. »

« Des projets comme le modèle de congé transitionnel sont essentiels. Ils font en sorte que les Ontariens accèdent à des services en santé mentale au moment et à l’endroit où ils en ont le plus besoin », a renchéri le Dr Eric Hoskins, ministre de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario. « Le renforcement de la qualité des services et le soutien au rôle des groupes de pairs aidants constituent les éléments clés de la Stratégie ontarienne globale de santé mentale et de lutte contre les dépendances. Je félicite Cheryl Forchuk et son équipe de leur démarche novatrice d’aide aux Ontariens qui demeurent vulnérables, lors de leur transition entre l’hôpital et la communauté. Grâce au programme ARTIC, je suis heureux que mon ministère contribue à établir les données de recherche qui amélioreront les soins aux patients. »

Neuf hôpitaux ont participé à ce projet d’envergure provinciale : Hôpital Montfort (Ottawa), Baycrest (Toronto), Centre de toxicomanie et de santé mentale (Toronto), London Health Sciences Centre (London), Ontario Shores Centre for Mental Health Sciences (Whitby), Providence Care (Kingston), St. Joseph’s Healthcare Hamilton (Hamilton), St. Joseph’s Health Care London (London) et Thunder Bay Regional Health Sciences Centre (Thunder Bay).

Des initiatives d’aide aux consommateurs‑survivants et des programmes de soutien par les pairs aidants ont aussi pris part à ce projet provincial : Psychiatric Survivors of Ottawa; Centre de toxicomanie et de santé mentale, soutien par les pairs aidants à l’interne (Toronto), CONNECT for Mental Health Inc. (London), Réseau de soutien en santé mentale du Sud‑Est de l’Ontario (Kingston), Krasman Centre (Richmond Hill), services de soutien collaboratif au patient et à la famille, St. Joseph’s Healthcare Hamilton (Hamilton), Can‑Voice (London), People Advocating for Change through Empowerment (Thunder Bay), ACSM Durham (Whitby).

Financé en partie par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario, le programme ARTIC a octroyé une subvention de 1,4 million de dollars au projet, par l’intermédiaire du Council of Academic Hospitals of Ontario (CAHO). Le but du programme consiste à favoriser l’intégration efficace et rapide des données probantes à la pratique des soins de santé. Il appuie donc des projets comme le MMCT. Ce modèle améliore la coordination et la continuité des soins de santé aux patients ou aux clients qui effectuent une transition. Il abrège ainsi les séjours et réduit les taux de réadmission à l’hôpital, tout en améliorant la qualité des soins.

L’Hôpital Montfort est une institution francophone universitaire de santé offrant des soins de qualité dans les deux langues officielles. Avec ses partenaires, il contribue à l’amélioration de la santé des communautés. L’Hôpital Montfort a reçu un agrément avec mention d'honneur d’Agrément Canada en 2014. Il s’est également mérité la mention d’organisme vedette en pratiques exemplaires de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario (AIIAO). Depuis juin 2013, l’hôpital est désigné comme centre hospitalier universitaire de groupe A.

Renseignements :       

Direction des communications
Hôpital Montfort
613-746-4621, poste 2049
communications@montfort.on.ca